Catalyseur - Pot Catalytique

Antipollution et pot Catalytique

1 - Son rôle et fonctionnement
 
Depuis 1993, les pots catalytiques sont obligatoires sur toutes les voitures neuves. C'est pourtant 20 ans plus tôt, en 1974, que General Motors avait inventé ce système de dépollution. Ce dispositif permettait de transformer les résidus imbrûlés en oxygène et dioxyde de carbone, deux gaz inoffensifs. Mais à l'époque, le plomb de l'essence encrassait ses alvéoles et il cessait de fonctionner rapidement.
2 - Son but : améliorer la combustion
 

Ce n'est donc que lors du remplacement progressif du super par de l'essence sans plomb que l'on a pu généraliser le pot catalytique. Ce dernier tient son nom de la catalyse, un phénomène qui favorise ou accélère une réaction chimique. En effet, les moteurs sont censés brûler l'essence pour la transformer en dioxyde de carbone, azote et vapeur d'eau. Mais la combustion n'est pas optimale, et les gaz d'échappement contiennent aussi des composés toxiques tels que le monoxyde de carbone, les hydrocarbures imbrûlés, ou les oxydes d'azote. Pour éliminer ces derniers, le pot catalytique provoque leur oxydation ou leur réduction avec l'oxygène encore présent dans les gaz.
3 - Des milliers de mètres carrés sur quelques centimètres !
 
Le pot catalytique est un support en céramique (résistante à de très hautes températures), de capacité de un à deux litres. Sa structure en "nid d'abeille" est formée de petits canaux de section carrée à l'intérieur desquels se trouvent des particules microscopiques de métaux précieux (rhodium, platine et palladium). En recombinant les molécules d'azote, de carbone et d'oxygène, le catalyseur élimine presque la totalité des gaz toxiques. En fonctionnement normal, il en reste moins de 1%.
4 - Difficultés techniques à la pelle
 
  •  D'abord, la conversion simultanée des trois gaz (monoxyde de carbone, hydrocarbures imbrûlés, et oxydes d'azote) ne se fait efficacement que dans une fenêtre étroite de rapport air/essence de 14,7. Pour se maintenir au plus près de cette valeur, les constructeurs ont dû rajouter une sonde lambda, qui mesure en permanence le taux d'oxygène à la sortie du moteur. Elle transmet cette information à un ordinateur qui adapte alors l'injection d'essence dans le moteur.
  •  Deuxième problème : le pot catalytique doit pouvoir répondre aux brusques modifications de la composition des gaz. Pour cela, on a ajouté de l'oxyde de cérium sur le support en alumine. Ce composé sert à emmagasiner l'oxygène quand le gaz d'échappement en contient beaucoup et le restitue quand il devient rare. Ainsi le taux d'oxygène reste à peu près constant.
  •  Troisième problème, non résolu à ce jour : la catalyse n'est efficace qu'à partir de 400°C. C'est-à-dire qu'il faut quelques minutes (10 km de trajet environ) avant que le pot catalytique ne se mette réellement en marche. Or, c'est au démarrage que les émissions de gaz toxiques sont les plus importantes. Pour des petits trajets, il n'est donc d'aucune efficacité, car le moteur n'a pas le temps de monter en température. Et la moitié des trajets effectués par les automobilistes sont inférieurs à cette distance ! Il existe des dispositifs qui "chauffent" artificiellement la sonde lambda, mais les performances ne sont pas encore au rendez-vous.
  •  Quatrième problème : le soufre, naturellement en faibles teneurs dans l'essence, constitue un poison qui limite la durée de vie du pot catalytique. Il se fixe sur les particules métalliques qui se bouchent. Pour cette même raison, les pots catalytiques des voitures diesel ont des alvéoles plus larges afin d'éviter leur encrassement par les particules de suie issues de la combustion de ce carburant.
  •  Cinquième problème : un pot catalytique est extrêmement fragile : un mauvais réglage de la combustion peut gravement l'endommager, laissant ainsi s'échapper de l'essence non brûlée qui s'enflammerait et détruirait les métaux catalyseurs. Et même en fonctionnement normal, sa durée de vie n'excède pas 160 000 km. Il faut donc penser à le changer sur une voiture assez ancienne.
  •  Enfin, le pot catalytique ne réduit pas du tout les rejets de dioxyde de carbone (non toxique, mais responsable de l'effet de serre) et aurait même tendance à augmenter la consommation.
Bref, si le pot catalytique a réduit de façon indéniable la pollution automobile, il n'a pas rendu la voiture "propre".
   
 

Problèmes de pot catalytique?

Essayez le CARBON CLEANING !

Un moteur nettoyé est un moteur en bonne santé!

Un nettoyage préventif vous permettra dans un premier temps de régénérer les pièces afin d’éviter leurs remplacements et d’économiser sur l’échange d’un pot catalytique (entre 300 et 600 €), un catalyseur (entre 500 et 1600 €), un FAP (entre 500 et 1600 €), ou d’une vanne EGR (entre 300 et 400 €) qui restent des opérations très onéreuses.

Ces soucis proviennent le plus souvent d’un problème de combustion, provoquant l’asphyxie du moteur.

Ayez le réflexe Carbon Cleaning car l’encrassement lié à la calamine est le nouveau fléau des moteurs. Tarifs à partir de 65€ TTC.

 

Effectuez votre diagnostic en ligne !
Particulier
Trouvez le centre le plus proche
Trouvez le centre Carbon Cleaning le
plus proche de chez vous en France
et partout dans le monde !
Localiser le centre
proche de chez vous :
Professionnel
Devenez partenaire Carbon Cleaning
Au sein du réseau Carbon Cleaning, vous êtes totalement
indépendant. Nous mettons à votre disposition toute notre
expérience afin d'étendre votre activité.
Contactez-nous pour obtenir les réponses à vos questions
et toutes les informations nécessaires au partenariat.
Informations & Contact Professionnel
Identifiez vous !
Vous avez déjà un compte Pro Carbon Cleaning ?
Rejoignez notre réseau !
Vous êtes intéressés par notre...
Vous recherchez un secteur d'activité porteur, rentable et innovent ? Contactez-nous ici.
Rejoignez notre réseau !